fbpx

ACTUALITES
Kévin Mendy : « Il faut des soldats, c’est un rôle important »

Issue du centre de formation du Mans, Kévin Mendy a découvert la Pro A avec le MSB avant d’aller chercher plus de responsabilités en Pro B. D’abord à Boulogne-sur-Mer, puis à Aix-Maurienne, il pose, cette saison, ses valises du côté de Poitiers à la découverte d’un nouveau challenge.

Alexis Bouyat
Bénévole

Kévin, tu as décidé de signer à Poitiers pour cette nouvelle saison. Pourquoi ce choix ?

Un nouveau challenge pour moi. Je connaissais le club de Poitiers pour avoir joué contre eux en espoir puis ensuite en Pro A/Pro B. Je sais que c’est un club avec de l’ambition. Le projet sportif m’a plu mais également le projet individuel que l’on me propose.

« Les supporters sont énormément derrière l’équipe […] ils ne lâchent rien »

Et justement en tant qu’adversaire du PB qel était ton ressenti en venant jouer dans cette salle?

Je trouve que pour un club de province, c’est une salle avec une belle ambiance. Je peux comparer l’ambiance qu’il y a ici avec Boulogne-sur-Mer. Je pense que les supporters sont énormément derrière l’équipe et qu’ils ne lâchent rien même dans les moments un peu plus compliqués.

©Solotiana

Qu’attends-tu cette saison avec le Poitiers Basket aussi bien sur le plan collectif qu’individuel ?

Je veux continuer à être un leader défensif tout en ayant l’opportunité de m’exprimer et d’avoir
des responsabilités en attaque. Je pense que je peux apporter ça à l’équipe. Et après sur un plan
collectif j’espère au moins atteindre les play-offs et une fois qu’on y est, advienne que pourra !

Jusqu’ici tu avais connu 3 clubs dans ta carrière. Quels sont tes plus beaux souvenirs basket ?

Je vais quand même dire Le Mans. J’y ai passé 8 ans entre le centre de formation, les espoirs et
les pros. J’ai eu la chance de gagner une Leaders Cup et de faire plusieurs autres finales. Ce sont de
très beaux souvenirs surtout quand tu es jeune joueur. Après Boulogne-sur-Mer reste aussi un club
de cœur. J’ai passé 2 belles années là-bas, les gens étaient très chaleureux. C’est la réputation des
gens du Nord et elle est vraie !

©Jordan Bonneau

Tu as la réputation d’être un joueur assez polyvalent mais pas forcément scoreur. Penses-tu qu’il y a un mépris de ce type de profil dans le basket ?

Sans aller jusqu’à dire qu’il y a des personnes qui ne connaissent pas le basket, je pense qu’ils
ont un regard moins professionnel. Dans une équipe il faut de tout. Il faut des joueurs qui attaquent,
d’autres qui défendent et des joueurs de rôles, des soldats. Je suis dans ce rôle-là. Un peu de
l’ombre. Être capable de voler un ballon, de faire une bonne défense c’est aussi un rôle important.Mais c’est sur que cela ne se voit pas pour des gens qui connaissent moins le basket. Quelqu’un qui
va mettre 20 pts sera forcément plus remarqué. Cela peut-être par moment un peu frustrant d’avoir
moins de reconnaissance mais je sais ce que je vaux et ce que je peux apporter à l’équipe et c’est ce
qui m’apporte le plus.

Une dernière question. Quand tu étais plus jeune, quels joueurs t’inspiraient le plus ?

En étant formé au Mans, pour moi ça a été Dee Spencer. Il avait une facilité incroyable ! Et dans
le même style également Rodrigue Beaubois. C’est également un talentueux pour qui tout parait
facile. Et en dehors du championnat de France, j’aime bien Paul George pour son style de jeu.

Alexis Bouyat
Bénévole

Lancement de la campagne d'abonnement 22/23

4 matchs à l'arena inclus